Le jour de l’arrivée

 

Si vous pouvez venir accompagner, c’est mieux : le passager pourra s’occuper du bébé le temps du voyage. Prévoyez une serviette de toilette, de l’essuie-tout, une gamelle, de l’eau, une petite laisse et un collier. Pendant le trajet, arrêtez-vous toutes les 2 heures pour les petits besoins, proposez de l’eau mais pas de nourriture.

Il est bien que le chiot arrive dans sa nouvelle famille pendant la journée. Il aura ainsi le temps de visiter et de s’habituer à son nouvel environnement avant d’être couché. Si vous pouvez prendre quelques jours de congé ou au moins le week-end pour son arrivée, c’est l’idéal.
En quittant l’élevage, votre chiot subit un stress, alors soyez patients, ne le présentez pas tout de suite à toute la famille, aux amis, aux voisins, et au boulanger …

Pour un bon démarrage il faut du calme à votre bébé : évitez aspirateur, sèche-cheveux, tondeuse à gazon, portes qui claquent, enfants qui crient en voulant attraper le bébé, pas de bain même s’il a été un peu malade pendant la route. Proposez à l’arrivée de l’eau mais respectez les horaires normaux pour la nourriture, même s’il a sauté un repas pendant la route. Ne soyez pas surpris s’il boude ses croquettes au démarrage.



Pour la première nuit, choisissez un endroit calme qu’il aura déjà découvert dans la journée, mettez-lui ses petites affaires. Vous pouvez laisser une lumière tamisée. La première nuit (peut-être même la suivante) est souvent difficile. Ne soyez pas trop proche de votre chiot en début de soirée, laissez-le trouver ses repères dans la pièce où il va dormir, allez vous coucher sans qu’il s’en aperçoive, fermez la porte de la pièce où il se trouve sans lui parler, comme si cela était tout à fait naturel. Même si cela paraît dur de l’entendre pleurer, résistez à l’envie d’aller le voir, sinon vous serez de corvée toutes les nuits….

Le sommeil


Il est garant de l’équilibre et de la croissance de votre chiot ; ce dernier a besoin de beaucoup dormir, grandir l’épuise, respectez et fait respecter son sommeil, même si vous mouriez d’envie de jouer avec le bébé ; que votre chiot ait un coin bien à lui où il peut se réfugier pour dormir et être tranquille.

• La socialisation

Après avoir fait attention de ne pas stresser votre chiot les premiers jours, familiarisez-le vite aux bruits ménagers, puis faites-lui découvrir l’extérieur et l’animation de la ville (attention, ne le fatiguez pas pour autant).

Si votre chiot montre de la méfiance, ne le surprotégez pas ; gardez une attitude calme, faites comme si tout était normal, surtout ne le prenez pas dans vos bras pour le réconforter et le «bisouiller». Il comprendra très vite qu’en ayant une attitude de peur, il attire votre attention et se fait cajoler ; en agissant ainsi votre chien deviendra complètement dépendant de vous, n’aura plus d’autonomie et risquerait d’être peureux.

A vous de jouer, et pleins de bonheurs pour une longue vie d'amour.